SSMine


Serveur Saint Seiya Minecraft
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kalden, chevalier d'or du Bélier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kalden
Chevalier d'or du Bélier
avatar


Messages : 8
Date d'inscription : 12/02/2016
Age : 16
Localisation : sanctuaire

Feuille de personnage
Royaume:

MessageSujet: Kalden, chevalier d'or du Bélier   Lun 27 Fév - 23:19

[postbg=http://i.imgur.com/dAQtdaR.gif]

Kalden chevalier d’or du bélier





Age : 22 ans
Sexe : Masculin
Particularité : répare les armures
Royaume d’allégeance : Athenon
Statut social : Chevalier d’or du  Bélier, Habitant de Jamir
D’où vient mon AVATAR ? : De Glenn



Description


Description Physique : Kalden est une personne de grande taille avec ses 1m85, d’une musculature moyenne. Ses cheveux, bleu marine, sont longs et lisse, lui arrivant jusque dans le milieu du dos. Sa peau est blanche comme la neige et n’a jamais bronzé. Ses yeux vifs d'un vert claire qui inspirent la sympathie. Il porte un tee-shirt à manche courte blanc ainsi qu’un simple pantalon bleu en tissu. A ses pieds, des chaussures de marche marrons, pour pouvoir se déplacer plus facilement dans les montagnes.  Sur son front, deux petites taches dorées, signe distinctif des habitants de Jamir capables de se téléporter.
Description Mental : Kalden est quelqu’un de calme et réfléchie, cultivé aussi, il n’agit jamais sur un coup de tête. Il est assez sympathique avec ses amis, mais impitoyable envers les ennemis du sanctuaire. Il ne tolère pas que l’on s’en prenne aux innocents et en veux tout autant aux guerriers qui ne respectent pas leurs protections sacrées. Malgré tous, il peut lui arriver de se montré distant dû aux nombreuses années qu’il a passé à Jamir, isolé du reste du monde. Des défauts ? Tout le monde en a... au point qu'il dirait, que chaque homme possède en lui tous les défauts qui soit, tous dépend, de ceux qu'il décide de montrer aux yeux du monde... .


Histoire : Mon nom est Kalden, je suis l’apprenti chevalier d’or du Bélier. Je suis originaire de Jamir, une région isolée du reste du monde, au cœur de la chaîne de montagne  Himalayenne, à la frontière de la Chine et de l’Inde. D’après ce que m’a raconté autrefois mon maître, Saburo, le chevalier d’or du Bélier, notre peuple est le descendent des mythiques alchimistes du continent de Mu, qui fut détruit lors de la Gigantomachie. C’est pour cette raison que mon maître, Saburo, et moi sommes les seules à avoir la connaissance nécessaire pour réparer les armures des chevaliers d’Athéna. Vous vous demandez qui sont ces fameux chevaliers ? Figurez-vous que je me suis poser la même question... Mais je ne l'ai compris que bien des années plus tard.
D’aussi loin que je puisse me souvenir, j’ai toujours vécu à Jamir avec mon maître. Jamir, c'est un lieu bien mystérieux, du haut de ces hautes montagnes ont pourrait se croire au milieu du ciel. Mais malgré sa beauté superficielle, ce paysage n'est guère attirant. Réussir à traverser ses montagnes escarpé et ses étroits défilé, c'est déjà un exploit en soit. Et pourtant c'est là que ce sont installer mes ancêtres, pensant être à l'abri et isolés du reste du monde... Mon maître m’a raconté qu’il m’avait trouvé autrefois, devant la tour de Jamir, alors que je n’étais qu’un nourrisson. Ce qui l’avait le plus surprit alors, est que cette tour est très difficile d’accès, même pour les habitants vivants dans ces montagnes. Cette tour, une bâtisse de bois et de marbre vielle de plusieurs siècles, se trouve perchée au cœur de l'une des montagnes les plus périlleuses de l'Himalaya. Les défenses naturels qui l'entourent et l'altitude la rendent pratiquement inaccessible au commun des mortels. Mais malgré ses recherchent il ne trouva pas de traces de mes parents, bien qu’il ne m'en est jamais vraiment parlé. Pour une raison que j’ignore, il a toujours sut que je descendais de l’antique continent de Mû. Saburo était quelqu’un d’extrêmement mystérieux, jamais je n'ai réussi à lui arraché plus que ce qu'il avait à me dire. Il était aussi bavard que pouvait l'être... En fait, aucune personne à ma connaissance ne l'était si peu... Il faut dire qu'ici à Jamir, hormis quelques gardes et deux ou trois habitants, il n'y avait pas foule.
Puisque je vivrais à Jamir, pour que je puisse me déplacer librement sans être entravé par les montagnes, dont certaines sont infranchissables, il commença à m’apprendre l'art de la téléportation dès mon plus jeune âge. Un art rigoureusement difficile, qui selon lui, est plus facile à apprendre à l'âge le plus tendre. Il a très vite regretté son geste... donné le pouvoir de téléportation à un enfant de 5 ans... très mauvaise idée. Pendant le mois qui suivit la fin de l'apprentissage, je me suis téléporté à tout bout de champs, cherchant sans cesse quelqu'un à faire sursauter. Finalement, mon maître à trouver les "mots" pour me faire cesser mon numéro.
Lorsque j’eu six ans, il m’a proposé de l’assister à la réparation des armures. Je l’avais déjà vu de nombreuse fois à l’œuvre auparavant, mais il m’avait toujours dit que j’étais trop j'étais trop jeune pour apprendre cet art. J’ai alors accepté. Il m’a conduit au sommet de la tour, dans la salle de réparation. Il m’a alors expliqué ce que sont les armures des chevaliers d’Athéna.
A partir de ce jour, j’ai été bercé de légende et d’histoire. Lorsque j’avais du temps libre, je me plongeais dans les livres des archives de la tour. Parfois, mon maître me racontait les récits des fameuses Guerres Saintes, qui ont animé l’histoire en secret. Deux ans plus tard, lorsque Saburo estima que mon apprentissage « théorique » était terminé, il commençât à m’apprendre ce qu’était le cosmos. Cependant, bien qu’il m’est expliqué que les chevaliers l’utilisent pour faire éclater les atomes, pour réparer une amure il faut le concentré afin de l’insufflé aux outils que nous utilisons. En le mélangeant à une substance granuleuse appelé poussière d’étoile, on peut ressouder les dégâts qu’a reçue une armure. Je me souviens, du moment où il m'a montré comment utiliser les outils célestes nécessaires à la réparation... Cela m'avait étonné au point que je lui avais demandé :
« -Alors si j'ai bien compris, Maître, vous me demandez vraiment de faire ça ?
-Oui, c'est exacte Kalden. Répondit-il calmement sans  prêter grande attention à ma question.
-Frapper dessus, BAAAMM ? Demandais-je à nouveau en accentuant la fin pour le faire d'avantage réagir.
-BAAAMM ! Répétât-il sur le même ton.
-Génial ! C'est simple au moins ! Mais comment fait-on pour que cela n'endommage pas d'avantage l'armure ? Demandais-je, intéressé.
-Si tu insuffle correctement ton cosmos dans les outils, ils devraient le répandre dans l'ensemble de l'armure et ressouder les dégâts. » M'avait-il simplement répondu.
Cet exercice demandait une précision incroyable. Au bout de six mois, j’avais à peine réussit à insufflé du cosmos dans l’un des deux outils. J’ai alors commencé à baisser les bras.
-« Je n’y arriverai jamais, c’est beaucoup trop compliqué. Dis-je alors que je m’étais assis sur un rocher en regardant le soleil couchant.
-« Tu ne dois pas baisser les bras ! » cria une voix derrière moi.
Mon maître était apparu tout à coup, me faisant sursauter alors que je m’étais retourné.
-« Ça ne fait que six mois ! Il te faudrait encore au moins un an avant de prétendre pouvoir réparé une armure de bronze. Et deux de plus pour une armure d’or. Tu ne dois pas te dire que c’est impossible, sinon tu n’y arriveras pas. Dit-il en s’asseyant à côté de moi.
-Pourtant c’est vrai, j’ai beau me concentré, j’ai à peine réussi à envoyer mon cosmos à un outil… » Répondis-je déprimé.
Saburo regarda l’horizon d’un air pensif. Lorsqu’il avait cette réaction, c’est qu’il avait une idée derrière la tête. Il s’est alors levé et m’a dit :
-« Suit moi ! »
Il m’a conduit dans la Tour, à l’étage réservé aux armures de bronze. Il s’est dirigé vers une urne et en a fait jaillir le totem d’une armure. Elle était en miette, littéralement, a peine reconnaissable. En fait, à part le casque, le reste était totalement inutilisable.
-« Tu as devant toi les restes de l’armure du cadran solaire. Elle est dans cet état depuis plus de deux cent ans. Tout comme beaucoup d’autre, il va falloir que je la répare avant de la ramené au Sanctuaire. C’est la tâche qui m’a été légué par mon maître, qui lui-même la tenait de son prédécesseur, et on peut remonter ainsi jusqu'à la précédente guerre Sainte. Nous allons commencer ton véritable entrainement en la réparant. M’expliquât-il.
-Mais, j’arrive à peine à utiliser un outil, comment pourrais-je réparer une armure ? » Demandais-je en regardant tour à tour mon maitre et l’armure.
Il ne me répondit pas et l’emmena au sommet de la tour. Là il la déposa et me tandis les outils et de la poussière d’étoile. Il a relevé ses manche et c’est ouvert les bras.
-«L’armure est morte, je vais la ramené à la vie, avec un fragment de la mienne ». Dit-il en aspergeant la protection de son sang.
Lorsqu’il a estimé que suffisamment du liquide rouge avait été versé, il a arrêté et m’a tendu le heaume :
-« Essaye de réparé le casque, il n’est pas très endommagé. Je vais m’occuper du reste de l’armure.
-Mais… Commençais-je.
-Ecoute, chaque réparateur possède une façon de réparer les armures qui lui est propre. Tu as appris la méthode a utilisé et tu as sus faire apparaitre ton cosmos. Le reste te viendra avec l’expérience. Le problème que tu as, c’est d’insufflé une quantité suffisante de cosmos. Essaye de lui en envoyé beaucoup plus. N’oublie jamais que ton cosmos n’a pour seule limite que ta volonté.» Expliquât-il.
Il est ensuite partie de son côté. J’ai posé le casque sur une table et est tenté de donner de l’énergie aux outils. Une faible aura blanchâtre est apparue autour du premier. J’ai placé un peu de poussière d’étoile sur le heaume, puis j’ai essayé de donner un coup avec les outils, sans résultats. Je me suis rappelé ce que Saburo m’avait dit un instant plus tôt. J’ai fermé les yeux et me suis concentré au maximum. J’ai tenté à nouveau d’insufflé du cosmos aux outils. Puis j’ai donné un coup sur le heaume. J’ai rouvert les yeux et j’ai vu que la poussière d’étoile brillait. Elle avait réagi ! Mais le résultat final n'était guère impressionnant : une rayure s’était à moitié refermer. J’ai réessayé à nouveau, plusieurs fois. Au bout d’une heure, j’étais complétement épuisé. Et alors que je me bâtais contre la fatigue, je fus emporté par le sommeil.
Le lendemain, je me suis réveiller dans mon lit, avec devant moi l’armure complète du cadran solaire, comme neuve. Elle était entièrement restaurée, et en la voyant je ne pouvais plus la comparé à l'état dans lequel elle était la veille. Elle dégageait une énergie nouvelle, comme si elle venait d'être achevait. On aurait pu oublier qu'elle était âgée de plusieurs millénaires... Quelques instants plus tard, mon maître est entré dans la chambre avec un sourire aux lèvres.
-« Bonjours, bien dormis ? Commença-t-il. Tu vois que tu peux y arrivé. Tu avais presque finit de réparé le casque. Je ne pensais pas que tu pourrais tenir une heure entière. Cet exercice demande un contrôle minutieux de son cosmos et tu l’as réussi. Dit-il. Maintenant il est temps de se remettre au travail ! »
A partir de cet instant, je me suis entrainer le plus possible, afin pouvoir réparé entièrement une armure. A chaque fois sous l’œil attentif de Saburo. Mon maître ne jugeait jamais une armure complétement restaurée, il y avait toujours un détail, une fêlure, qu’il arrivait à trouver. « La moindre fissure, peu mettre la solidité de l’armure en danger ! Ne l’oublie jamais ! » Me répétait-il à chaque fois. Et il me fallut un peu plus d’un an, pour pouvoir réparer entièrement une armure de bronze.
Au fur et à mesure que le temps passait, j’ai commencé à vouloir devenir  un chevalier. Au début ce n’était qu’une idée, mais au fur et à mesure, j’ai commencé à prendre ça pour un rêve. Depuis toujours, mon maître m’a conté toutes les histoires et les légendes qu’il connaissait sur eux. De plus, j’avais parfois vue ces fameux guerriers venir à Jamir pour faire réparer leurs armures.  Lorsque j’ai parlé de mon idée à mon maître, il a paru surpris et il m’a dit :
-« le chemin que tu veux suivre est parsemé d’embûches…  L’entrainement est bien plus ardu que la réparation des armures. Tu es bien sûr de vouloir le faire ?
-Ça va faire dix ans que vous me parlez des chevaliers d’Athéna, maître, des idéaux qu’ils protègent… Et vous-même n’en êtes pas un ? Je vous en prie, apprenez-moi ! »
Il me dévisagea, réfléchissant à ma demande, puis il répondit :
-« Soit, mais tu vas devoir simultanément continuer ton apprentissage de réparateur. Jusqu’ici tu devais concentrer ton cosmos avec minutie, et le transféré à un objet. A présent tu vas devoir te concentrer sur un point précis, faire exploser ton cosmos, créé un Big bang, pour faire éclater les atomes. Si tu préfères, tu dois faire le contraire de ce que tu ferais pour réparer une armure. Tu n’auras pas besoin d’être minutieux, plus tu feras exploser ton cosmos, mieux ce sera. A partir d’aujourd’hui, tu devras suivre un entraînement très stricte ! Bien commençons par quelque chose de simple… »
Devant mon air étonné il nous a téléporté devant la Tour. Là, il a ramassé un gros caillou.
-« Regarde bien ! » Me dit-il.
Il a intensifié son cosmos, un éclat doré est apparu autour de sa main et soudain la pierre fut réduite en poussière. C’était donc cela le véritable pouvoir d’un chevalier. C’était incroyable. Jusqu’ici je ne l’avait vue utilisé son cosmos que pour la réparation des armures.
-« Si tu veux devenir un chevalier, il te faudra être capable de fracturer les atomes, exactement comme je viens de le faire avec ceux de ce cette pierre. »Dit-il.
J’ai alors commencé son entraînement. Il a passé la première année à m’enseigné les techniques de base des chevaliers. Il a inventé chaque jour un nouvel entrainement, plus ardu que le précédent. En parallèle, il m’entraînait à la réparation des armures d’argent. Il me fallut beaucoup de temps, pour pouvoir supporter les deux entrainements qu’il m’imposait. Et ce n’ai qu’au bout de trois ans, que j’avais enfin réussis à contrôler mon cosmos afin de pouvoir le concentré ou le faire exploser. Saburo à décider qu’il était plus que temps que j’apprenne m’a première technique. Il a commencé par m’apprendre ce qu’il appelait la «Stardust Révolution ». Il me fallut des mois, pour réussir à la maîtrisé. Et ce n’ai que l’année suivante que mon maître jugea que je la maîtrisais suffisamment.
Un jour, alors que je m’étais éloigné de la tour pour me promener dans les montagnes, je fus surprit par un glissement de terrain. Lorsque je me suis éveillé, je me trouvais dans la tour de Jamir. J'avais un de ces mal de tête ! En portant la main à mon front, j'ai remarqué qu'un bandage avait été placé autour de ma tête. Je me suis levé et je suis sortir. Mais alors que je passais par l’étage des armures de Bronze, j’ai vu mon maître regardé une Urne en particulier, et il semblait plongé dans une profonde réflexion. J’ai reconnu le symbole du Sculpteur sur la Boite de Pandore. Mais alors que je m’approchais, il s’est rendu compte de ma présence, et s’est dirigeait vers moi.
-« Tu te sens mieux ? Tu es resté inconscient pendant plus de douze heures. Tu étais à l’article de la mort quand je t’ai trouvé. Dit-il.
-Oui, merci de m’avoir soigné.
-Il y a autre chose dont je dois te parler. Je n’avais jamais abordé le sujet, parce que je pensais le faire à la fin de ton entrainement. Tu sais, sans doute, que chaque chevalier est protégé par une constellation protectrice, qui définit également l’armure qu’il peut porter. Me demandât-il.
-Oui, bien sur. Ai-je répondu.
-Je pense avoir découvert quelle est la tienne… » Dit-il d’un ton mystérieux.
Tous tournait dans ma tête, comment avait-il put la connaitre ? Et surtout, qu’elle pouvait-elle être ? Le sculpteur ?
-« Quand ? Comment ?... Qu’elle est-elle ? Demandais-je en me reprenant.
Il a attendu avant de répondre, comme si la réponse pouvait provoqué une catastrophe, puis a dit :
-« Il semblerai que ce soit le Bélier… quelle ironie. » Il l’avait dit comme si c’était une évidence.
Je l’ai regardé avec des yeux ronds. Quatre-vingt-huit constellations possibles… Et c’est sur la sienne que je tombe. Mais alors que j’allais le questionné, il s’est dirigé vers la sortie.
-« Le destin s’amuse parfois à nous jouer des tours bien étranges… » Dit-il pour lui-même en partant.
Il a commencé à me former pour que je puisse lui succédé en tant que chevalier du Bélier et réparateur d’armures. Au bout d’un an, après m’avoir appris une technique de défense appelée le « Cristal Wall » et parallèlement à mon apprentissage de la réparation des armures d’or, mon maître a décidé qu’il était temps de passé à un niveau bien supérieur.
-« Le septième sens ? Lui demandais-je un jour alors qu'il avait décidé de m’enseigné le secret de la puissance des chevaliers d’or.
-Oui, c’est cela. Après les cinq sens de l’homme, l’oui, l’odorat, le toucher, le gout et la vue, il y a le sixième sens, la pensé. Mais encore au-delà, il y a un sens peu connu appelé le septième sens, également connu comme étant l’ultime cosmos. Autrefois, dans les temps anciens, les humains le possédaient naturellement, mais au fil des siècles, il tomba dans l’oubli. Cependant, quel qu’ils soient, tous les chevaliers d’or se doivent de maîtriser ce sens. Si un chevalier de bronze peu atteindre Mach 1, les chevaliers d’argent peuvent aller jusqu’à trois fois cette vitesse. Mais, le septième sens d’un chevalier d’or, lui permet de se déplacer à la vitesse de la lumière. Répondit-il.
-Comment fait ton, pour « éveiller» un sens ? Sa semble… impossible. Dis-je
-Cette étape sera sans doute la partie la plus complexe de ton entrainement pour devenir chevalier d’or, et je crains que personne, pas même moi ne puisse t’y aider. La découverte du septième sens ne peut pas être expliquée, tu dois apprendre de toi même comment le maitriser. La seule chose que je peux te dire, c’est qu’il faut que tu transcende tous tes sens. Je ne te conseil pas de te presser pour le découvrir, il va falloir être très patient. Assied toi et concentre-toi. »
A partir de là, j’ai passé tout mon temps à essayer de découvrir le septième sens qui était censé être en moi. Au début je ne savais pas vraiment « où » chercher. Je méditais, je m’entrainais pour augmenter mon cosmos, et petit à petit, j’ai augmenté progressivement ma perception. Plus le temps passait, plus je sentais que je progressais. Pour voir les résultats de cet entrainement, mon maître avait décidé de me tester tous les mois. Ce n’ai qu’à la fin de la première année que j’ai réussi à éviter, de peu, une de ses attaque lancé à la vitesse de la lumière. Il me fallut une année supplémentaire pour pouvoir lancé moi-même une attaque à la vitesse d’un chevalier d’or. D’après mon maître, mon entrainement était presque terminé. Et pour le finir, comme il disait, il me dit qu’il allait m’apprendre la Technique suprême du Bélier, la « Starlight Extinction ».
-« Contrairement aux autres technique que je t’ai appris, la Starlight extinction utilise également tes pouvoirs de téléportation. Le secret, c’est de créer une explosion de lumière, en téléportant tous ceux qui se trouve autour de toi directement dans le lieu voulu. Pour l’utilisé de façon à ce qu’elle soit fatal, il te suffit d’utilisé le même procédé que pour téléporter, tu désintègre l’ennemis en des millions de particules, mais tu ne les rassemble pas plus loin par la suite. Tu les laisse se dispersé, pour l’éternité.  Cependant, je veux que tu me promettes de ne jamais l’utilisé de façon mortel sur un chevalier ! De tout temps, aucun de mes prédécesseurs ne l’a fait. Cette technique doit te permettre de les protéger, en les éloignant du Champ de Bataille, s’ils sont blessés par exemple. La désintégration total est une arme horrible, elle détruit corps et âme... Même sur le pire des chevaliers tu ne devras jamais l’utilisé. Dit-il.
-Je vous le jure ! Répondis-je.
-Bien, pour en faire usage, tu n’auras pas besoin de détruire les atomes, tu dois surtout t’entrainer à téléporter de force plusieurs personnes à la fois, sans les faire réapparaitre. Mais, tu devras faire attention lorsque tu l’utiliseras, puisqu’elle ne peut être exécuté qu’a courte porter de la cible. » Expliquât-il.
Tous les jours, j’avais pour but de réussir à téléporter tous les objets autours de moi. Parfois mon maître faisait également partie des cible, rendant l’exercice plus difficile, puisque lui il fallait que je le téléporte un peu plus loin, sans faire réapparaître les autres objets. Téléporter une personne ordinaire était une chose, mais ceux qui maîtrisent leur cosmos en est une autre. Il me fallut une année pour maîtriser la technique, mais le résultat en valait la chandelle. En même temps, j’avais enfin terminé mon apprentissage de la réparation des armures. Mon maître me dit alors, que j’avais terminé mon entrainement, et que pour terminer, il me proposait un duel final, pour évaluer mes compétences. Le combat fut long et difficile, nous avons utilisé toutes nos techniques. Mais pouvant tous deux nous téléporter, très peu de nos coup, arrivaient à toucher l’adversaire. Finalement, mon maître me prit par surprise en me lançant une « Starlight Extinction » après avoir fait diversion avec une « Stardust Revolution ». Je me suis retrouvé téléporté devant la tour, dans une position très inconfortable.
-« Bravos ! me dit-il alors qu’il me retrouvait là où il m’avait téléporté. Tu étais aussi fort que moi, mais tu manques encore d’expérience. Maintenant, c’est à toi de continué à t’entrainer. Pour ma part je n’ai plus rien à t’apprendre, tu es quasiment devenu mon égal.»
Peu de temps après, Saburo fut envoyé en mission par le Sanctuaire. Il ne m’en a pratiquement rien dit, si ce n’ai que la « lumière fantôme » avait été aperçu à de nombreuses reprises au Nord de la Grèce. Mais après maintes recherches, tous ce que j’ai pu trouver est qu’il s’agirait d’une créature, qui aurait disparu il y a des siècles. Il semblerait qu’elle est fait partit de l’histoire de la chevalerie, mais la page qui en parlait a été arracher. Cependant, alors que je me promenais dans les Jardins de Jamir, j’ai remarqué une lueur qui semblait se rapprocher de la tour. La lueur franchissait les montagnes à toute vitesse. Lorsqu’elle fut arrivée, une explosion de lumière a envahi les environs. Mais alors que je m’approchais, je l’ai vue. Elle était là, devant moi, brillant d’une lumière aveuglante. L’armure d’or du Bélier était de retour à Jamir, seule. Qu’était-il arrivé en Grèce ? La lueur a commencé à s’estomper, et c’est là que j’ai remarqué que l’armure était recouverte de sang. Je m’en suis approché pour essayer de comprendre ce qu’il s’était passé. Lorsque ma main est entré en contact avec l’armure, celle-ci à disparut dans le lointain. Mais, je continuais de sentir sa présence. Elle était toujours dans les montagnes de Jamir. Je sentais qu’elle envoyait des vibrations à travers la région. J’ai été attiré par les ondes, comme un aimant. Sans que sache pourquoi, j’avançais lentement à travers Jamir, attiré par une force irrésistible. J’errai à travers les chemins escarpés, me rapprochant petit à petit de la montagne sacrée Jandara. Après avoir marché pendant de longues minutes, je suis arrivé à l’entrée d’une grotte. A première vue, personne ne semblait être venu récemment. Elle avait été taillée dans le roc, et les parois étaient recouvertes de fresques qui n’avaient pas été épargné par le Temps. Mais les dessins sur les murs me rappelaient des scènes de la mythologie grec. En continuant d’avancer, je suis arrivé au bord d’un gouffre qui semblait mené jusqu’au tréfonds des enfers. Un pont en pierre traversait le gouffre, et au centre du passage, posé sur un socle, les restes d’une armure irradiaient d’une énergie sombre. Quesque c’est que cette armure ? Je n’en avait jamais vue de ce type. Elle n’a rien à voir avec les surplis ou les armures noires. J’ai alors remarqué le symbole sur le socle.
-« C'est impossible... Pégase ?! Dans un endroit pareil ? » Dis-je en regardant l’armure.
Maintenant que j’y pensais, mon maître m’en avait déjà parlé. C’était au début de mon entrainement pour réparer les armures.
« Cette armure est différente des autres, depuis les temps mythologique elle a été recouverte par le sang de nombreux dieux que les chevaliers de pégase successifs ont affrontés. Malgré son rang, cette armure, est devenu au cours des siècles bien plus puissante, au point qu’elle en a dépasser le cadre de son ordre... Je terminerai en te disant ceci : depuis qu’elle a reçue du sang d’Athéna, il y a quelques quatre-cent ans, jamais elle n’a plus eu besoin d’un réparateur d’armure ou de poussière d’étoile, pour la réparé. Bien sûr, le sang d’Athéna n’est pas permanent, et il a perdu une partie de ses pouvoirs à travers le temps… » Avait-il dit ce jour-là.
Il ne m’avait jamais répondu lorsque je lui avais demandé qui était le chevalier de Pégase… Je comprenais pourquoi maintenant, il n’y en a pas. Mais ça n’explique toujours pas ce qu’elle fait ici, ni pourquoi elle émet un cosmos aussi maléfique. Même les armures noires ne dégageaient pas autant de haine. Lorsque je me suis approché pour la toucher, j’ai été envahi par des flashes. Des images se formaient dans mon esprit. La précédente Guerre Sainte… Alors c’était ça… Cette armure est maudite. Et pas par n’importe qui… Maudit par Poséidon lui-même !
Lors de la précédente guerre Sainte, les chevaliers ont vaincus une nouvelle fois le dieu des océans, et c’est le chevalier de Pégase qui a sauvé Athéna à de nombreuses reprises, allant jusqu’à blessé le dieu Poséidon. Mais alors que quelques gouttes de sang sont tombées sur l’armure du chevalier, l’empereur des mers à lancer sa malédiction sur Pégase. Le sang divin ayant maintenu la volonté de son propriétaire jusqu’à aujourd’hui. C’est la première fois que j’entends parler d’un cas pareil, cette armure a été séparée de sa constellation et c’est la haine du sang de Poséidon qui l’anime. L’armure est en bien piteuse état, la colère du dieu était telle que son propriétaire en a explosé avec son armure. Soudain l’armure c’est remise à briller de sa lueur sanglante. La douleur devenait insoutenable, je l'ai lâché et me suis éloigner. Je sentais son agressivité, elle se préparait à attaquer. Mais au même instant, les murs se sont mis à briller en réponse à l’armure, illuminant la salle.
-« C’est incroyable ! » Dis-je en regardant autour de moi.
Jusqu’ici la pénombre les rendait invisible, mais les murs de la caverne étaient tapissés de sceaux d’Athéna. Il y en avait même sur le sol et sur la voute de pierre ! Le papier jauni devait dater de la précédente guerre Sainte. Ils recouvraient la paroi rocheuse, formant une cage de lumière autour de la grotte. Alors c’est pour cela que l’armure a pu passer inaperçu jusqu’ici... En temps normal on ressentirait son aura noire depuis n’importe quel continent de la planète. Le cosmos de l’armure à cesser de se manifestait, elle semblait entravée pas les sceaux d'Athéna. Pauvre armure, prisonnière d’elle-même. Malgré le fait que le pouvoir du sang de Poséidon se soit quasiment estomper, elle restait remplie de haine. Si je ne me trompe pas, il n’y a qu’un seul moyen de la lié à nouveau à sa constellation... Il faudrait la ramené à la vie, puisqu’elle réagit comme un mort vivant. Mais le sang de Poséidon allait poser problème… J’ai alors relevé mes manches et est ouvert mes poignée. Le sang à commencer à couler sur l’armure. J’ai mélangé mon cosmos à celui–ci pour tenter d’affaiblir l’aura maléfique de l’armure. Mais es ce que mon sang et mon cosmos pourront suffire, même si il a perdu presque tous ses pouvoirs, c’est le sang d’un dieu qui l’anime. Mais j’avais pris ma décision, il n’y a plus de doute à avoir, je ne peux plus revenir en arrière maintenant. Je me vide petit à petit, mon sang ne faisait toujours aucun effet. Lorsque un quart de mon sang m’avais quitté, toujours aucun effet n’étais visible. C’est bien là la preuve de la puissance de Poséidon. Néanmoins, quelques choses à soudain commencé à changer, le cosmos maléfique de l’armure avait faibli, comme si elle se battait pour revenir à la vie. Mais petit à petit, mon corps c’est engourdie, ma vue devin troubles. J'ai dut mettre un genou à terre pour ne pas tombé. Je sentais que je ne pourrais plus tenir bien longtemps. Mes forces allaient bientôt me trahir, et les bras de Morphée menaçaient de m’emporter. C’est vraiment dommage, cette armure n’allait jamais être réparée ? Je n’en pouvais plus, j’ai alors commencé à perdre connaissance. J’ai posé mes mains sur l’armure, pour que mon sang puisse continuer son œuvre, mais la fin était proche. Le pouvoir de l’empereur des mers n’avait jamais été si faible, et pourtant… Voici donc la différence entre les dieux et les humains ? Les doigts glacé de la mort se rapprochait et je n’aurais rien fait, rien accomplie. Es ce que ces années d’entraînement avait été veine, je n’arriverais donc jamais à me montrer digne de mon maître ? Soudain, les sceaux d’Athéna se sont remis à briller, le pouvoir de Poséidon était en train d’être écrasé par celui d’Athéna. J’avais tort, il y avait toujours de l’espoir. La déesse avait scellé l’armure en attendant que quelqu’un la libère de sa malédiction. Même après deux siècles, par-delà le temps, la précédente Athéna allait nous sauver, moi et l’armure. Quelle ironie... Quel imbécile ! C’est vrai, et mon maître me l’avait souvent répété. Un chevalier ne doit jamais perdre l’espoir et toujours aller de l’avant, car même au plus profond des ténèbres, la lumière continuera de briller. Je l’avais trop vite oublié, et il semblerait qu’il soit trop tard à présent. J’étais allongée sur le sol, incapable de me relever. Soudain, une nouvelle lumière a envahi la pièce. Cette lueur doré, un éclat si noble que ça ne peut être que… l’armure d’or du Bélier. Mais malheureusement, au même moment, je perdais connaissance.
A mon réveil, je ne comprenais pas ce qui s’était passé. Je ne devrais pas être en vie. Je me suis souvenu de l’intervention de l’armure du Bélier, mais même avec l’armure d’or… J’avais perdu trop de sang. L’atmosphère de la grotte avait changé, je ne ressentais plus la haine qui l’étouffait. Les sceaux d’Athéna étaient éparpillés sur le pont, en lambeaux. Ils avaient dut utiliser toute leur énergie pour écraser le cosmos de Poséidon. Je pose mon regard sur l’armure de Pégase. Le cosmos maléfique qui l’animait semble s’être dissipé. Elle avait enfin retrouvé cette prestance que je ressentais dans toutes les armures. Il semblerait également qu’elle ce soit restaurée d’elle-même. Moi qui ai toujours cru que ce n’était qu’une légende… Elle était enfin de retour. Et la seule explication à ma survie est que les deux armures ont tenté de me sauver. Maître, même mort… vous avez trouvé le moyen de m’apprendre quelques chose… maintenant je comprends mieux ce que vous vouliez dire il y a des années… ce n’est pas uniquement l’armure qui nous protège, mais également nous qui protégeons l’armure. Après quelques minutes, j’ai pris l’armure de Pégase et celle du Bélier, avant de me diriger vers la sortie. Mais au moment où je m’étais les pieds en dehors de l’enceinte de la montagne, sans crier gare, le totem de l’armure d’or du Bélier se désassembla, puis me recouvrit et se mis à briller d’une lueur aveuglante. Je ne comprenais plus rien à ce qui se passait, quand soudain je fus téléporté malgré moi… Une téléportation forcé ? Qui pourrait… Je fus interrompu dans mes pensées en regardant autour de moi. Il y avait encore des montagnes et des pics rocheux à perte de vue. Mais... Je me trouvais dans une chaîne de montagne différente, les sommets étaient moins haut que ceux de Jamir, et l'air y était bien plus respirable. L’endroit était vraiment très escarper, à quelque centimètre près je tombais dans le vide ! L’armure se remit a brillée et un cosmos emplie d’amours et de compassions me poussait à avancer vers les montagnes les plus dangereuses. J’avais déjà ressenti ce cosmos, mais où ? Ces montagnes ne m'inspirait rien de bon, elles éveillaient en moi un sentiment des plus étrange. Il y avait là une telle quantité de cosmos... Mais en même temps, ce même cosmos tentait de se dissimulé... Après quelques minutes, je suis arrivé devant ce qui semblait être une entré, dans les montagnes. Et le symbole sur l’entré était celui de… C’est là que je compris que j’étais arrivé devant l’entrée du sanctuaire d’Athéna, en Grèce. Mon maître m’en avait beaucoup parlé, il m’a raconté que depuis les temps mythologiques, ce lieu était le berceau des chevaliers d’Athéna. En continuant ma route, guidée par ce mystérieux cosmos, j’ai aperçu de nombreuses constructions de style grec, des bâtiments entourés de colonnades, certains en ruines, d’autre semblants habités. On aurait pu croire que ce lieu n'avait plus été affecté par le temps depuis l'antiquité, rien ne laisser démontrer une quel qu'onques modernité.  Je vis également de nombreux chevalier ou apprentis ainsi que de nombreux soldats. Le Sanctuaire était bien plus grand que je me l’étais imaginé, on pouvait y voir des montagnes a perte de vu, de toutes formes et plus j’avançais plus le cosmos qui m’attirait était puissant… Bien vite, j’aperçu une montagne différente des autres, plus grande et plus escarpée, voir quasiment impénétrable, et entouré d’une aura incroyable. Je n’avais jamais ressenti de cosmos aussi puissant, il imprégnait littéralement toute la montagne. Quand je fus arrivé à son pied, je vis un escalier, qui semblait grimper jusqu’au sommet. Ce devait sans doute être l’escalier passant par les douze maisons du zodiaque, le rempart inébranlable protégeant la déesse Athéna depuis les temps mythologiques. Elles étaient gardées par les  douze chevaliers d’or. Le cosmos qui m’entourait me poussa alors à commençait mon ascension des 12 maisons. J'ai voulu me téléporter en haut des premières marches, mais une force incroyable m'a repoussé en bas des marches. Inutile de rêvé... ce ne serait plus un rempart inébranlable si cela avait été si simple... La barrière qui entoure ce lieu est, de toute évidence, réellement inviolable même pour la téléportation. Lentement, j’ai monté la première série de marche menant à la première maison, celle du Bélier. Autant de marches rien que pour la première maison... La suite promettait d'être longue. La maison du Bélier... De l'extérieure, elle semblait si droite et fier... Elle me faisait penser à une gigantesque statue de pierre gardant une entrée, comme un message adressé aux éventuels intrus... En la traversant, je ressentis une grande et profonde tristesse en repensant à la mort de mon maitre qui gardait jusqu’alors cette demeure. La maison semblait dans le même état que feu son propriétaire, les colonnes était sombre, la lumière faible et un sentiment de tristesse pesait entre ses murs. J’ai continué ma route, traversant les onze autres maisons.  Mais aucuns des chevaliers d’or, qui protégeaient les maisons suivantes n’essaya de m’arrêter, comme si ils étaient au courant de ma venue, ce qui était impossible… Je ne sais même pas comment j’ai atterri ici ! Je suivais le cosmos qui me poussait à avancer, brillant d’une clarté qui devait éblouir tous ceux qui le regardait. Bientôt j’eu dépassé la maison des poissons et continué ma route vers ce qui me semblait être un palais, puisque le bâtiment était plus grand que les autres, celui du grand pope sans doute. Je suis tout juste arrivé aux  portes de l’édifice, qu’elles s’ouvrirent sous mes yeux dans un grincement sonore, à réveiller les morts. J’ai continué à avancer vers une salle gigantesque. En traversant le seuil, le cosmos qui recouvrai l’armure du Bélier se dissipa, mais je le ressentais toujours présent, comme si il m’entourait. Un tapis rouge recouvrait le sol, et un magnifique trône doré faisait face à l’entré. Des colonnes ornaient les coté de la vaste pièce. Sur le trône se trouvait une jeune femme, en robe blanche, tenant dans sa main droite un sceptre doré et à sa gauche se tenait un homme en robe blanche, ornée de motifs doré, et portant un casque d’or dont l’ombre m’empêchait de discerné son visage. Athéna et le grand pope se tenait devant moi. Je m’agenouille, et là je compris tous,  qui au monde aurai la capacité de contrôler les armures sacrée, surtout une armure d’or, si ce n’ai la déesse de la guerre, Athéna, la gardienne du sanctuaire terrestre. Soudain l’armure d’or du Bélier se remit à briller d’une lueur encore plus forte qu’avant et me quitta pour prendre place auprès de la déesse, illuminant la salle d’une lumière doré. Juste après, celle de Pégase que j’avais transporté jusqu’ici, vint se placer près de sa supérieure. Pendant une fraction de seconde, je soupçonnais les armures de s’être inclinées légèrement en arrivant à la droite d’Athéna… Soudain, cette dernière prit la parole :
-« Kalden, si je t’ai fait venir c’est pour que tu endosse tes responsabilités, je sais à qu’elle point tu dois être triste après la mort de ton maitre, Saburo, qui vient de nous être confirmer, et je compatis de tout mon cœur. Mais il faut que tu prennes une décision, nous savons que tu as réussi l’épreuve du chevalier du Bélier et nous te proposons de devenir le nouveau chevalier d’or gardien de la première maison du zodiaque et de nous aider dans la préparation de la guerre sainte qui est sur le point d’éclater...
- Cependant si tu ne te sens pas prêt pour endossé se rôle, nous comprendrions, dit sa sainteté.
-Vous devez-vous tromper Ô Athenon, je n’ai accomplies aucune à épreuves à ma connaissance. Et je ne pense pas être prêt à succéder à mon maître. Répondis-je.
-C’est justement ce qui me fait croire que tu l’es. Tu as réussi ce qui est appelé depuis la précédente Guerre Sainte, l’épreuve de Pégase. Sache que tous les aspirants chevalier du Bélier on dut tenter cette épreuve. L’armure du Bélier était alors seul juge, sauvant ceux qui méritaient de la porter. Mais Jusqu’ici les chevaliers n’avait fait qu’affaiblir la malédiction, il semblerait que cette fois l’armure de Pégase ai été définitivement restauré et libéré de Poséidon. Depuis près de deux siècle, elle était prisonnière d'une cage doré, entravé par le pouvoir de la haine de Poséidon mais également des sceaux léguer par mon incarnation précédente qui l'a protégeai et la maintenait en sommeil. L'explosion de cosmos que j'ai ressenti tout à l'heure ne laissait aucun doute qu'en à sa libération. Mais l’énergie qu’il lui a fallu déployer a complètement dissipé ce qui restait des pouvoirs de mon sang… Elle ne pourra plus jamais ce restaurer d’elle-même comme elle l’a fait... L’armure du Bélier ta choisi Kalden, et celle de Pégase semble avoir été entièrement d’accord. De plus, le dernier rapport de Saburo sur ton entraînement dit qu’il était d’avis que tu étais prêt pour l’épreuve et que tu avais atteint le niveau des chevaliers d’or. Kalden acceptes–tu de devenir le nouveau chevalier d’or du Bélier ? » Demandât-elle d’un ton officiel.
J’ai réfléchit un instant, j’avais déjà pris ma décision il y a bien longtemps, dès l’âge de dix ans, lorsque j’ai commencé mon entrainement. Après un instant d’hésitation je répondis :
- « J’accepte de reprendre l’armure de mon maitre pour remplir mon devoir envers vous, Athéna, votre sainteté ainsi que toute l’humanité. Cependant, je doute que je puisse faire aussi bien que Saburo... Mais je vous jure fidélité à vous Athenon ainsi qu’au Grand Pope. Je jure également de protéger la terre et les innocents au péril de ma vie et même lorsque la mort m’aura emporté.
- Merci Kalden, mais je pense que tu te trompes, je suis sincère quand je dis que tu seras le digne successeur de ton maître. De plus, L'armure du Bélier ne serait pas intervenu pour te  sauver si elle n'avait pas jugé que tu en été digne. J'ai alors envoyé mon cosmos pour vous guidé jusqu'ici. C’est elle qui ta choisi. Grand Pope à vous.
- Kalden, puisque tu as passé toutes les épreuves et que le Bélier t'a choisi, je te sacre chevalier et te remet cette armure ! »
Soudain l’armure d’or se remis à briller et me recouvris. Le grand Pope reprit la parole :
- « Tu es à présent le chevalier d’or de la constellation zodiacale du Bélier. Mais j’ai également le devoir de te dire ceci, depuis des temps reculés, les chevaliers ont toujours eu pour devoir de protégé Athéna. Tu ne devras revêtir cette armure que pour défendre une cause juste, et non pour assouvir tes désirs personnels.
-Bien votre sainteté. Répondis-je.
-Chevalier je te demanderai d’organiser les funérailles de Saburo à Jamir, je sais à quel point il en aimait le Jardin... Athéna prononça ces paroles en versant une larme.
-Soit, je rentre donc à Jamir. Mais avant de partir, j’aimerai vous poser une question. Dis-je.
-Je t’écoute. Répondit Athéna.
-Comment est mort Saburo ? » Demandais-je impatient de comprendre ce qui avait bien pu se passer.
Athéna et le Grand pope s’observèrent un instant, se concertant en silence. Puis le Grand Pope prit la parole :
-« Nous sommes navré chevalier, mais sa mission est placé sous le sceau du secret et nous te demandons se ne pas chercher à en savoir d’avantage pour ta sécurité. Cependant sache que sa mort n’a pas été inutile, puisqu’il à réussir à remplir sa mission.
-Je comprends. Merci d’avoir été sincère Grand Pope. Dis-je en m’apprêtant à partir. Athéna, Grand Pope, dis-je en faisant un dernier salut.
J’ai quitté le palais, puis traversé à nouveau les douze maisons avant de me téléporté à Jamir. Je n’avais jamais connu de jour si clair et si funeste, j’étais  heureux d’être le nouveau chevalier d’or du bélier, mais triste après la mort de mon maitre, que ma nomination signifiait. Je me suis alors juré de devenir un chevalier aussi puissant que Saburo, ex-chevalier du Bélier.
Les mois ont passés depuis la mort de mon maitre. Bien que devenu un chevalier d’or, je me rends peut au sanctuaire, je passe le plus clairs de mon temps à Jamir, afin de continuer l’œuvre de mes prédécesseurs en réparant les armures des chevaliers défunts durant la précédente guerre sainte avant que n’éclatent les prochaines. Au fur et à mesure que je répare les armures, je commence à apercevoir leurs points forts et leurs points faibles. C’est alors que je me rendis compte que non seulement je pouvais réparait les armures, mais aussi les détruire… Je mis donc au point une nouvelle technique basée sur le principe que chaque protection, quel qu’elle soit, possède un point faible fatal qu’il suffit de frapper pour déclencher une séparation structurel des matériaux qui la compose. Cette technique me faisait penser au dicton que me criait Saburo dans les oreilles autrefois... "La moindre fissure peut mettre la solidité de l'armure en danger ! Ne l'oublie jamais !" Me répétait-il toujours... Maître aujourd'hui je comprends enfin ce qu'il en est... Lorsqu'elle n'est pas correctement réparée, ce n'est alors plus seulement l'armure mais aussi son porteur qui est en danger... Réparerez les armures telle est la fonction que vous m'avez légué, mais sous cette tache se cache également un devoir envers tous les chevaliers. En réparant leurs armures, je contribue à les protéger. Après avoir testé cette technique sur des morceaux inutilisables qu'il me restait des armures déjà réparées, j’ai tenté l’expérience sur un fragment fait du même alliage que les armures  des chevaliers d’or. Le résultat dépassa mes plus folles espérances, le fragment doré fut réduit en mille morceaux. J’ai donc nommé cette technique la «Starlight Séparation».
Mais malgré cette vie paisible, je ne pouvais ignorer la réalité, que ce soit le réveil des étoile maléfiques ou encore les forces du mal qui se réveillaient partout sur la terre, dans les mers, comme aux cieux, la prochaine guerre qui devait fatalement arriver, s’approchait de plus en plus. Même à Jamir, une région pourtant isolé, les signes ne trompaient pas. La guerre Sainte, est sur le point d’éclater.
Quelques temps plus tard, alors que je m’étais rendu dans le Village de Jamir, j’ai assisté à un spectacle horrible en retournant vers la Tour. Une femme était au sol, évanoui, gisant dans une petite mare de sang. Je nous ai immédiatement téléporté dans la Tour de Jamir. Une fois arrivé, je l’ai soigné pendant deux jours, avant qu’elle ne reprenne conscience. C’était la première fois que je la voyais, pourtant elle me rappelait quelqu’un. Elle portait une tunique et un pantalon blanc, mais la cape qui la recouvrait était noire comme la nuit. Ses cheveux semblaient d'un bleu qui ne m'était pas inconnu, du bleu roi... et son aura, son cosmos… Je l’avais déjà ressenti il y a longtemps… Mais où ?
-« Où suis-je ? » demandât-elle, me tirant de mes pensées.
Elle regarda autour d’elle, désorienté.
-Dans la tour de Jamir. Cela fait deux jour que vous êtes inconsciente. » Répondis-je.
Elle semblât soudain remarquer ma présence. Elle me fixa pendant une minute, semblant me dévisageait et dit :
-« Qui êtes-vous ?                                                                    
- Je m’appelle Kalden, chevalier d’or du Bélier et gardien de Jamir. » Dis-je, en me demandant si elle savait ce qu’était les chevaliers.
Mais non, elle ne sembla pas s’étonné. Elle s’est levée et se dirigea vers la fenêtre côté Ouest. Elle scrutât les environs, semblant regarder le soleil couchant. J’avais l’impression qu’elle connaissait bien cet endroit…
-« Comment suis-je arrivé ici ? Je me souviens avoir glissé sur le chemin escarpé et puis plus rien. Dit-elle.
-Je vous ai trouvé, étendu sur le sol, dans une mare de sang. Vous avez eu de la chance, un peu plus et vous vous fracassiez la tête contre les rochers. Mais je n’en  reviens toujours pas, comment diable avez-vous fait pour arriver jusque-là ? Il est déjà très difficile pour les habitants de traverser ces montagnes. Alors arrivé jusque-ici…
-Je suis originaire de Jamir, et je suis déjà venu de nombreuse fois dans cette tour. J’ai même vécu ici durant de nombreuses années. Répondit-elle mystérieusement
-Pourtant je ne me souviens pas vous avoir vue par ici. Comment vous appelez-vous ? Demandais-je, surpris.
-Je me nome Aurélia, je suis l’ancienne chevalier de bronze du sculpteur. Mais cela fait bien des années que j’ai abandonné mon armure… Ou plutôt le contraire… tous cela est une bien longue histoire, mais je n’ai pas le temps de te la conté. Puis-je savoir où se trouve Saburo, l’ancien chevalier d’or du Bélier ?
-Cela va faire bientôt deux ans que mon maître à quitter ce monde… Répondis-je tristement.
Pour la première fois, elle parut réellement étonné et se tourna enfin vers moi, abandonnant son observation des alentour. Elle me regardait avec des yeux qui en disaient long… Elle devait bien connaitre mon maitre.
-Je ne savais pas… Comment cela est arrivé ? Demandât-elle doucement.
-Il est mort au cours d’une mission pour le Sanctuaire… Mais je n’en sais pas plus…
-Je voie… Si tu dis vrai, c’est que cela ne peut être que ça… Dit-elle à elle-même. Il était condamné... Le simple fait d'accepter cette mission était pareil à signer son acte de mort… continuât-elle sans prendre conscience que je l’écoutais.
-Et quel était cette mission, d’ailleurs comment en avez-vous connaissance ?
- Tu as bien dit qu’il était ton maître, ce qui voudrait dire que tu es peut-être… Quel âge as-tu ? Demandât-elle en ignorant complétement ma question.
Je fus étonné par sa question. Mais j’y répondis tout de même :
-J’ai vingt et un ans…
-Et tu as été trouvé devant la tour de Jamir… continuât-elle pour elle-même.       
- Comment savais-vous… ? Demandai-je étonné.
-Dans ce cas je vais tous te raconter et tu vas comprendre. Dit-elle en ignorant royalement une autre  question.
-«  Il y a plus de vingt-six ans, J’étais alors une jeune chevalier très difficile à vivre, insolente et lâche. Je n’avais pas les qualités nécessaires aux chevaliers, et j’ignore pourquoi mon armure m’a accepté... Je ne sais toujours pas comment Saburo avait pu me supporter. Au début, le Sanctuaire tolérait tant bien que mal mes agissements. Jusqu’au jour où je fus envoyé avec quelques autres chevaliers enquêter sur le retour de la lumière fantôme.
-Quesque la lumière fantôme ? L’interrompais-je.
-Il s’agit d’un monstre méconnu, une créature abjecte, qui a autrefois hanté pendant des années les terres du Sanctuaire. Constitué de lumière et de Ténèbres, elle représente une créature, erreur de la nature, qui n’aurais jamais dut voir le jour. Le simple fait de regardé l’éclat de sa lumière noir, entraine petit à petit la destruction de tout être vivant, de l’intérieur. Ce monstre prenait un malin plaisir a tué ainsi les chevaliers lentement ou rapidement en les traversant, les faisant littéralement explosés. A cette époque, on la surnommait simplement le spectre de la lumière. Grâce à la déesse Athéna et ses immenses pouvoirs, la créature fut chassé du domaine sacré. Elle disparut pendant des siècles, sans laisser la moindre trace. Au fil des années, elle ne fut plus que la lumière fantôme, une légende qui se dissipa avec le temps. Mais, est-ce l'étrange cosmos qui se dégage de ce spectre qui a guidés les hommes vers elle ? Toujours est-il qu'ils ont retrouvé la lumière fantôme à une époque où l'on avait oublié jusqu'à son nom. Lorsque notre groupe arriva dans la zone où elle avait été vue, le monstre apparut en nous prenant au dépourvue. Nous n’avons rien pu faire, il nous tua les uns après les autres. Jamais je ne pourrais oublier cet immondice, j'avais l'impression de regardé le soleil à l'œil nue. Mais la différence était qu'il ne s'en dégageait aucune lumière, rien que de l'obscurité et des ténèbres, qui brillait d'un éclat sans borne. On nous avait prévenu de ne pas le regardé, mais qui ne serait tenté de le faire ? Aussi, plusieurs d'entre nous sont mort ainsi, n'ayant pas l'idée de détourné le regard. Mais alors qu’il ne restait que quatre d’entre nous, je me suis enfuie, alors que les autres demandaient mon aide pour arrêter le monstre. Je vois encore leur visage dans mes rêves... mes cauchemardes devrais-je dire. Mais alors que j’avais abandonné mes camarades à la mort lors de cette mission qui fut une véritable boucherie, l’ancien Grand  Pope et mon armure elle-même ont décidé que je n’étais pas digne d’être un chevalier. L’armure du Sculpteur m’a rejeté et j’ai été radié de l’ordre de la chevalerie. Dans un excès de colère, j’ai quitté Jamir, alors que Saburo, qui était mon maître à l’époque, avait tout fait pour m’aider, et je l’ai rejeté. » Racontât-elle.
J’attendais patiemment qu’Aurélia est terminée d’essuyé ses larme. Je voyais bien qu'elle attendait depuis longtemps de rencontrer quelqu'un qui pourrait entendre son histoire.  
-« Aujourd’hui encore, je regrette ce que j’ai fait. Mais ce n’ai qu’il y a quelques jours que j’ai pris la décision de m’excusé auprès de Saburo. Mais j’apprends maintenant  qu’il est mort.  Il était mon seul ami à cette époque… Après l’incident de la lumière fantôme, le grand pope fit détruire toute les preuves de son existence. Saburo eu ensuite pour mission de la sceller au Nord de la Grèce. Je n'ai entendu que des rumeurs colporté par des habitants de Jamir avant de m'exilé, et  du peu que j'en ai su, j'en est conclu qu'il avait réussi sa mission. Mais, un monstre pareil ne peut être retenu indéfiniment… Il est évident que Saburo a voulu finir la tâche qu’il avait commencée. Même si son armure d’or a pu le protéger de la lumière noire, le monstre peut traverser les armures pour attaquer. Quand je pense que si j’avais uni mes forces avec celles de mes camarades il y a vingt-six ans, nous aurions peut-être put éviter tant de morts inutiles… »
Aurélia s’écroula en pleurant à nouveau. Je ne comprenais toujours pas le rapport avec moi... J’ai attendu quelle se soit calmé pour demander :
-« Mais pourquoi me raconter cette histoire ? Quel rapport avec moi ? »
Elle cessa de pleurée et se leva son regard devint soudain vide, comme si elle se rappelait d'une chose qu'elle avait tout fait pour oublier. Elle répondit :
«-Parce qu’un peu plus de quatre ans plus tard, je me suis marié. Nous coulions des jours heureux, je pensais avoir réussi à retrouver le bonheur ne serait-ce qu'en partie. Finalement, alors que je croyais avoir oublié les tragédies du passé, j’ai eu un enfant. Mon mari est alors mort d'une terrible maladie un mois avant sa naissance et je n’avais pas de famille. J’ai alors décidé que mon fils, deviendrai ce que je n’ai jamais été, un vrai chevalier. Je me suis alors rendu à Jamir, et j’ai déposé mon fils devant la tour de mon maître, espérant que le destin et Athéna veille sur lui. » En entendant ces dernières paroles, les larmes on commencés à couler sur mes joues.
-« Alors vous êtes…
-Oui, Kalden je suis ta mère. Je reconnais que je n’ai pas été une très bonne mère et que tu à toutes les raisons de m’en vouloir mais… » Commença-t-elle.
Elle n’eut pas le temps de terminer se phrase, que je la prenais dans mes bras. Tous s’emmêlaient dans ma tête. Je n’arrivais même plus à comprendre ce que je ressentais.
-« Mais pourquoi es-tu revenus maintenant, pourquoi pas avant ?
-Parce qu’il y a deux jours, j’ai appris que j’allais mourir. Cela fait des années que je me sens faiblir de plus en plus. La lumière noir à commencer à me tuer lentement et j’arrive à la limite. Il n’existe aucun remède, pas plus qu’il n’aurait dut être possible de réunir la lumière et les ténèbres. Je suis mourante Kalden. Il me reste moins de six mois. Et ce n’ai que grâce à mon cosmos que je peux encore marcher.
-Alors tu reviens après tous ce temps pour me dire que tu vas partir ? Demandai-je tristement.
-Je voulais laisser à Saburo le soin de te l’apprendre… Mais il semble que ce soit trop tard... A présent je vais y aller. » Dit-elle.
Je n’en revenais pas, je venais tous juste de retrouver ma mère et elle voulait déjà repartir ?
-« Quoi ? Mais tu viens juste d’arriver. Pourquoi dois-tu repartir si vite ?
-Je dois réparer le mal que j’ai pu faire dans le passé, m’excusé  envers ceux que j’ai blessé… J’ai beau être ta mère, je ne t’ai pas élevé. Dit-elle tristement. Saburo a été ta vraie famille durant toutes ces années. Le connaissant il a dut être un excellant père, j’espérai vraiment qu’il accepte de faire de toi un chevalier… Commença-t-elle
-Je pense qu’il savait que tu étais ma mère. Dis-je alors qu’elle me regardait, étonnée. Il devait s’en douter jusqu’à la nuit où il a découvert ma constellation, alors que j’étais en danger de mort. Il ne m’a jamais dit comment il l’avait découvert, mais il était en train de regardé pensivement l’armure du Sculpteur à mon réveil.
-Je vois… Il n'aura pas changé... Dit-elle alors qu'un sourire triste illuminait son visage. Il aura conservé ses mystères et ses secrets jusqu’à la fin. Je repartirai tout à l’heure, pour le moment je dois rendre hommage à un vieil ami. J’imagine que tu as enterré Saburo dans le jardin ? demandât-elle.
J’ai hoché la tête. Je ne peux pas croire qu’elle ait pu être si horrible qu’elle me l’a décrite. Mais quoi qu’elle est fait dans le passer, elle semble s’être remise d’elle-même sur le droit chemin. En tout cas elle avait du être un redoutable chevalier, son cosmos bien que teinté de ténèbres... sans doute dû à la lumière noir, continuait de brillé d'une lueur fier et déterminé. Elle se dirigea vers le jardin, alors que le vent faisait voler sa cape et ondulé ses cheveux dans la nuit. Je l’ai laissé seul pendant un bon moment, perdu dans mes pensé. Sa « conversation » dura ce qui m'a semblé être des heures, mais finalement, elle revint vers la Tour avec le sourire aux lèvres, un sourire dénué de toutes tristesse, chose qu’elle n’avait pas fait depuis son arrivée. Quand elle eut finit, elle se dirigea vers moi. Je lui ai posé la question qui me brulait les lèvres :
-« Es ce que je te reverrai un jour ? »
Elle me regardât un moment, pensive. Cette attitude me faisait penser à Saburo… Finalement, elle sourit en répondant :
-« Qui sait ? Peut-être que nous nous reverrons un jour. En attendant reste comme tu es, ne dévie jamais de la vois qui est la tienne. Ne commet pas mes erreurs. Adieu Kalden. »
Elle partit, disparaissant petit  à petit à l’horizon. Mais alors que je regardais la nuit étoilé, deux constellations ont attiré mon regard, le Sculpteur et le Bélier. Un sourire fendit mes lèvres. Alors voilà comment il l’avait su… Par Athéna ! Il m’avait donné la réponse, il y a bien longtemps… Lorsqu’un chevalier est face à la mort, sa constellation protectrice apparaît pour le protéger… J’imagine que le Sculpteur en a fait de même, ou est simplement apparut en résonant avec les souvenirs des sentiments de ma mère… J’ai alors promit devant les constellations de ma mère et de Saburo, de toujours suivre la vois qu’ils m'ont tracé.

Compétence au Combat





Pouvoirs :
◊ Cristal Wall
◊ Stardust Revolution
◊ Starlight Exctinction
◊ Téléportation à Jamir
◊ Starlight Separation
◊ Téléportation sur courtes distance
Armure/Surplis/Scales : l’armure d’or de la constellation zodiacale du bélier
Point(s) faible(s) : les souvenirs du passé…


En dehors du RP





Prénom /pseudo minecraft : Andoni/Kalden of aries
Comment as-tu connu le Serveur ? : Sur internet, en cherchant des maps Saint Seiya minecraft
Comment trouves-tu le forum ? : Il est sympa
As-tu trouvé le code ? : code Hyades

Revenir en haut Aller en bas
 
Kalden, chevalier d'or du Bélier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [VIIeme Tournoi] Finale: Orion, Chevalier d'Or du Bélier VS Thanatos Dieu de la Mort
» [VII Tournoi]8ème finale : Kyrian, le phénix noir contre Orion, chevalier d'or du Bélier
» Shion - Chevalier d'Or du Bélier
» Shion EX-Chevalier d'Or du Bélier
» Un honorable chevalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SSMine :: Roleplay :: Fiche des personnages :: Royaume d'Athéna :: Chevaliers d'or-
Sauter vers: