Serveur Minecraft
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Tsuyokomi du Taureau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aldebaran
Chevalier d'Or
Aldebaran


Messages : 11
Date d'inscription : 01/01/2019
Age : 17
Localisation : Ici.

Feuille de personnage
Royaume:

Tsuyokomi du Taureau Empty
MessageSujet: Tsuyokomi du Taureau   Tsuyokomi du Taureau EmptyVen 3 Mai - 9:25

Âge : 17
Sexe : Homme
Particularité : Technique de combat ... particulière.
Royaume : Athéna
Statut Sociale : Un simple homme, dont le destin est bien mystérieux


D'ou vient mon avatar : Trouver sur Pinterest

Tsuyokomi du Taureau 48d8446363b2c9ac9bfe598ba7a99745


Tsuyokomi du Taureau


Description Physique :

Tsuyokomi est grand, il mesure 1M87, il a une musculature phénoménale et une force époustouflante. Il a de long cheveux noir/gris foncé coiffés en une sorte de queue de cheval, un peu à la manière du samurai. Une belle tête au visage fin, doux, radieux et avenant, inspirant la bonté et le courage d'un homme. Il avait de bons yeux, turquoise, reflettant une âme pur , un nez fin et un peu arrondi, de larges oreilles. Il ne portait que de vieux habits, un vieux t-shirt blanc en haillon avec une tunique violet que portait son père et un pantalon noir en assez bon état.


Description Morale/ Personnalité :

Tsuyokomi a une forte volonté, ne jamais abandonner même dans les situations les plus difficiles, ainsi qu'un fort sentiment de camaraderie et d'amitié. Il essaie souvent de calmer les autres quand ils commencent à se battre inutilement. Il essaie généralement d'utiliser le dialogue plutôt que de se battre et il est également très sociable, il se confie facilement aux autres.
De nature plutôt calme, il apprécie la beauté de son monde et ferait tout pour la protéger


Histoire du Personnage :

La Constellations du Taureau brille de mille feux, serait-ce le signe de la venue d'un nouveau chevalier d'or ?

Je me réveille soudainement, contre le tronc épais du cerisier sur lequel j'ai gravé mon nom lorsque j'étais enfant. Je me revois encore en train de courrir et de jouer dans ces jardins de fleurs resplendissantes, avec ma soeur. Nous nous amusions, on était heureux. Bref, passons je m'écarte un peu du sujet, revenons au sujet principale, qui suis-je ? Et surtout, voulez-vous que je vous conte mon histoire ? Comment ai-je réussi à devenir le Chevalier d'or du Taureau ? Eh bien, asseyez-vous et écoutez donc mon récit :

" En l'an de grâce 2398, je naquis sous un cerisier, le premier janvier, les pétales flottaient dans les airs , c'était beau, oui magnifique, je n'étais qu'un bébé lorsque j'ai vu ce magnifique spectacle, et c'est à ce moment là que peut-être, j'ai songé à protéger la beauté de ce monde, aussi triste soit-il, je le protégerai.

Plus tard, lors de mon quatrième aniversaire, je suis retourné à ce cerisier, avec ma soeur ainée agée de 10 ans et c'est ainsi que nous gravèrent notre nom sur l'écorce épaisse de l'arbre et que nous nous donnions rendez-vous chaque jour pour jouer et rigoler ensemble.

Les jours ensoleillés, nous nous amusions dans les jardins de fleurs, à écouter de la musique sur la petite radio que mon père me prêtait. Les jours de pluie, nous restons dans ma petite maison à lire, s'instruire et bien évidemment s'amuser. La pureté et l'innocence que j'avais, cela me rend si nostalgique..

De fil en aiguille, je grandissais, mes parents trop pauvre, malnourrit mouraient chacun à leur tour. Il sombrait dans le sommeil éternel qu'est la mort. Ma soeur alors agée de 15 ans , partit à l'étranger afin de pouvoir subvenir à ses besoins, je ne comprenais pas pourquoi tout le monde me quittait. Pourquoi donc le destin s'acharnerait sur moi ? D'abord mes parents, ensuite ma soeur, dorénavant je suis seul... J'errai sans but sur un chemin sans fin. Je songeais à la mort, qu'est-ce qui pouvait bien être pire de toute façon ? J'étais seul, assoiffé, mince comme un curdent...

Puis soudainement, je vis pour ce que je pensais être le dernier rayon de soleil de ma vie. << C'est donc ça la mort ? Les derniers instants ? >> pensais-je, avant de sombrer dans un sommeil sans fin.

Je ne sais pas combien de temps c'est passé durant mon coma, mais lorsque je me suis réveillé, j'étais dans un lit préquaire, fait de paille et couvert par un vieux drap. Je me relevais en clignant doucement des yeux
et je vis une vieille femme s'approcher de moi avec une petite coupelle en bois dans sa mains gauche. Elle me dit gentiment :
"Tiens jeune homme, bois ça, cela te fera le plus grand bien crois-moi.
- M-merci, dis-je en prenant la coupelle et en la buvant d'un trait sans savoir ce que c'est, puis-je savoir ce que c'était ?
- C'est du thé, l'as-tu apprécié ?
- Oui, cela m'a réchauffé le coeur. Je.. cela fait longtemps que je suis endormi ?
- Seulement cinq jours, je t'ai trouvé allongé par terre sur le chemin qui mène vers un petit village non loin d'Ibusuki. Tu étais en très mauvais état et tu l'ai toujours, tu devrais rester ici encore quelque temps afin de reprendre des forces. Repose-toi bien.
-Merci, merci beaucoup madame.."

Ainsi passèrent les jours un à un. Je mangeais, buvais, parlais avec la vieille femme. J'étais heureux d'avoir trouver quelqu'un avec qui partager mes sentiments. J'appris la pêche et la cuisine à ses côtés. Elle aussi était seul et je pense qu'elle à beaucoup apprécier ma présence à ses côtés. Avant de partir, elle me demanda ce que je comptais faire. Je n'en sais rien du tout, pas la moindre idée. Alors, elle me conseilla d'aller voir le maître d'arme qui vivait dans la montagne à l'Est de ce logis.

Je suis donc parti en quête de ce fameux maître d'arme qui vivait en ermite en haut d'une montagne. En effet, après avoir gravit dangereusement cette montagne je vis au loin une maisonnette et alors, je fis la connaissance d'une jeune fille charmante. Elle devait avoir le même âge que moi. Sa longue chevelure d'un brun pur et innocent cachait un vilage fin et joviale. Elle jouait d'un instrument étrange, il était arrondi et produisait le son pareil à une flûte. La mélodie jouée était tout à fait remarquable, mêlant rythmique, mélopée, chaophonie sentimentale et beauté.

Voici, Hisako.

Je m'accourais vers Hisako pour la saluer. Je me penchais légèrement et agitais ma main en signe de bonjour. Elle me dit :

"Coucou , qui es-tu ?
- Je suis Tsuyokomi, enchanté de faire ta connaissance et toi , comment t'appelles-tu ?
- Je suis Hisako, enchantée également, répond-elle en penchant de côté sa tête en souriant, je me rend chez le maître de cette montagne toi aussi n'est-ce pas ?
- En effet, je souhaite trouver ma voie, un sens à ma vie grâce à son enseignement.
- Faisons la route ensemble dans ce cas."

J'acquieçai puis je la suivi. En route vers la demeure du maître !"

... (Hors-RP) Tu peux faire une pose ici si tu le souhaites Very Happy Continue l'histoire dans le cas contraire, bonne lecture.


"Arrivé devant la demeure du maître, Hisako et moi toquèrent à la porte. Nous reculâmes d'un pas et la porte s'ouvrit, laissant un vieux bonhomme vêtu d'une sorte de bandeau blanchâtre entourant sa tête ayant une chevelure noire de jais et d'habit beige ainsi que d'un vieux pantalon marron et de claquette japonaise. Il nous regarda, chacun à notre tour et nous demanda : "Que voulez-vous et qui êtes vous ?" Alors nous répondîmes "Je suis Hisako, 10 ans et je voudrais apprendre l'art du combat ainsi que l'art des sciences" et " Je suis Tsuyokomi, 10 ans et je souhaite trouver un sens à ma vie, une voie.."

Le vieil homme regarda de côté Hisako et lui fit signe de le suivre. Ensuite il me dévisagea et me dit : "Trouver un sens à ta vie n'est-ce pas ? Pourquoi donc venir vers moi ? Va chez quelqu'un d'autre je ne suis pas la personne qu'il te faut.
- Comment ça ? On m'a pourtant conseiller de suivre votre enseignement !
- Et bien ils se sont tromper, voilà tout ! L'erreur est humaine tu sais ?
- Je le sais bien mais je doute que cela soit une erreur ! J'en suis convaincu, vous êtes l'homme de la situation, je vous en supplie, je vous en conjure, faîtes de moi votre élève ! Je vous cuisinerai de délicieux gâteau promis
- Bon, si tu insistes tant que ça, je ne peux refuser mais prépare toi à recevoir un dur enseignement
mon garçon. {Hummm de bon gâteau, j'ai hâte, pensa-t-il}
- Oh merci ! Merci !"

J'emboîtai le pas de mon maître et mon enseignement débuta.

Huit années sont passés. Nous avions appris l'art des sciences, de la chimie, des mathématiques et des lettres (Japonais ici.) ainsi que divers style de combat. Hisako m'apprit l'art de la musique et elle me disait aussi que son instrument était un prolongement de son âme, la musique était un moyen pour elle de libéré ses angoisses et ses tristesses. Parmi ces huit années, nous apprîmes également à éveillé notre cosmos.

Durant cet entraînement nous apprîmes notamment l'existence d'un lieu où l'on pouvait devenir chevalier, non loins d'un petit village nommé Rodorio, nous pourrions trouver le Sanctuaire. Le lieu où les chevaliers d'Athéna sont formés pour sa protection.

"Le Cosmos est fortement lié aux émotions, il arrive qu'une grande volonté ou une situation désespérée permettent à un Chevalier de largement dépasser ses limites habituelles (mais sans que cela ne devienne récurrent)" Voici la définition que mon maître donnait au Cosmos.

Enfin, j'ai développé une technique de combat particulière, mêlant divers style d'art martial et aussi de danse comme la capoeira par exemple.

Avant de partir, je me retournais vers mon maître et je lui demanda :
"Maître, pensez-vous que je trouverais ma voie, que je l'ai déjà trouvée ?
- C'est en rencontrant plusieurs destins, en faisant face à soi-même et en agissant sans prendre la fuite que l'on fini par trouver sa propre place. Bon voyage.

Hisako et moi descendirent de la montagne puis, au croisement d'un chemin nous nous saluons et partirent chacun de notre côté, en nous faisons la promesse de se retrouver au Sanctuaire.Je partis donc, la nuit tombée je levais la tête et vis la Lune resplendire au sein d'un océan d'étoiles scintillantes. Je continuais ma route. Je vis une petite tombe amménagé avec une fleur de lys déposé délicatement dessus. Je me suis remémoré une parole de mon maître : "Seuls, toi et moi, savons que tu n'es ni mort, ni vivant. Es-tu vraiment malheureux ? Suis-je vraiment heureux ? "

J'avançais donc tranquillements et soudainement j'entendis une voix au loin , criant mon nom. Je décide donc de m'arrêter et de me retourner et me voilà de nouveau en face d'Hisako. Essouflée elle me dit :

"Faisons route ensemble, c'est toujours mieux de faire route à deux.
- Haha, allez .. allons-y ! Direction le Sanctuaire !"

Ils entrèrent alors dans une forêt épaisse, suivant le sentier. L'atmosphère y était sereine et mystèrieuse. Le bruit des feuilles et des brindilles qui craquaient sous leurs pieds étaient étrangement relaxant. Alors qu'ils avancèrent, ils entendirent au loin le croâssement de plusieurs corbeaux :

"Qu'est-ce que c'est que ça, se demanda Hisako, nous devrions aller jeter un coup d'oeil non ?
- Je ne le sens pas du tout.. cela m'a l'air d'être plutôt une mauvaise idée, mais on va quand même y aller pour s'assurer qu'il n'y aurait rien de grave.."

Ils sortirent alors du sentier pour s'aventurer au coeur de la forêt et arriver à l'orée d'une grande clairière où s'élevait au milieu un poteau en bois sombre. Sur ce poteau.. Il y avait pendu au bout d'une corde.. Un cadavre humain.

"Qu'est-ce que.. Comment.. Pourquoi ?!
- Calme toi Hisako, ce .. ce n'est qu'un cadavre humain..
- Mais c'est horrible !
- Il va falloir t'y faire... parce qu'il n'y en a pas qu'un seul, dit-il en avançant derrière le poteau, où une sorte de grande vallée s'étendait vers l'inconnu, car il n'y en a pas qu'un seul mais une bonne centaine..
- Co-Comment !? s'exclama-t-elle en s'approchant de Tsuyokomi, mais pourquoi ce sont-ils tous suicidés ?
- Je ne sais pas.. la bonne nouvelle c'est qu'on est sortit de la forêt. J'aperçois le sentier et un village au loin ! Allons voir ça de plus près."

Ils dévalèrent la pente qui menait vers la grande pleine et s'engagèrent sur le sentier. Au fur et à mesure qu'ils avançaient vers le village, l'atmosphère se faisait plus sombre.. les odeurs de cadavres étaient nauséabondes, le croâssement des corbeaux assourdissant et le ciel de plus en plus sinistre..Les gens pleuraient leurs proches morts, imploraient la grâce des dieux en vain, mendiaient pour obtenir ne serait-ce qu'un bout de pain pour survivre..

Impuissant, ils pénétrèrent dans le village et passèrent en observant autour d'eux. Ils ne pouvaient rien faire, alors ils passèrent leur chemin et se rendèrent vers la Grand-Ville pour prendre le bâteau !

Après avoir traverser ce village détruit par la guerre, par la famine, par la sécheresse... Nos deux protagonistes ont pu observer ce qu'était la déchéance d'un peuple, la désolation, le désespoir. Le monde va mal, et il venait d'en avoir la preuve.

Ils arrivèrent enfin dans la Grand-Ville. On pouvait y voir de nombreux bâtiments de partout, traditionnel ou futuriste, entassé de partout.

Tsuyokomi du Taureau D5zsgt10


Ils traversèrent les ruelles mais malheureusement.. cette ville labyrhintique les perdus rapidemment.

"Nous sommes perdus !
- Ne t'inquiète pas Hisako, il suffit de demander à un habitant la route du port.
- Oui mais s'il ne sait pas ! On fait comment ?
- Eh bien on demandera à quelqu'un d'autre c'est pas grave"

Un passant arriva, Tsuyokomi s'approcha de lui :

"Monsieur ! Sauriez-vous ou est le port ?
- Non. Laissez moi."

Ils continuèrent leurs route en demandant à plusieurs habitants où se trouvait le port mais chaque personne répondait d'un "Laisse moi" ou bien "Non !" ou encore d'un "Ne me parle pas".

Mais que se passe-t-il donc dans cette ville ? Pourquoi tout le monde est si distant ? Pourquoi personne ne veux nous aider ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi.. A cet instant, tout ce mélangeait dans l'esprit de Tsuyokomi, alors qu'il allait perdre espoir au bout de 8 secondes, un petit garçon arriva derrière lui et tira sa tunique :

"Monsieur Monsieur ?
- Hum ? Oui ?
- Est-ce que vous avez un petit peu de pain sivouplé.. ma soeur elle est malade et ma maman aussi et on a besoin de nourriture sivouplé. Vous pouvez nous aider ?
-Oui bien.."

Et d'un coup trois hommes vêtus d'armure sombre attrapèrent l'enfant en un éclair, Tsuyokomi se lança immédiatement à leur poursuite sans réfléchir. Hisako n'eut pas le choix et lui emboîta le pas.Une course poursuite dégeantée s'entama sur les toits de la ville entre les hommes sombres et nos deux protagonistes. Ils sautèrent de toits en toits et arrivèrent finalement sur le port.

"Halte là ! Vil être infâme ! Qui êtes-vous et que voulez-vous à cet enfant !
- T'es qui toi ? Si tu veux pas que j'enfonce ton crâne dans le sol t'as intérêt à dégager de là vite-fait et à la fermer !
- Je suis Tsuyokomi ! Décline ton identité maintenant et rend moi le petit garçon ! Sinon je vais me fâcher tout rouge attention.
- Hahaha, pour qui tu te prends dis-moi ? Et c'est pas en te fâchant tout rouge que tu me feras peur déjà.
-Mince, il n'est pas intimidité par mes menaces, qu'est-ce que je vais faire, Ah ! Je sais, je vais les contourner, leur donner un coup de pied dans les roubignoles pour les paralysés et ainsi les assomés et ramener l'enfant.
- Euuh t'es au courant qu'on a tout entendu ? Et de toute façon, ta ruse elle est trop pourrie.
-Mince, je vais devoir .. Hisako ! On y va !"

Ils s'élancèrent tout deux sur les 3 hommes sombres. Hisako attaqua un des hommes d'un coup de pied suivit d'un coup de tête dans le torse, l'homme a terre fut ensuite assomé violemment. Cependant un autre vilain arriva par derrière et attrapa Hisako, il la serra fort contre lui afin de l'étrangler et de la tuer. Malgré ses efforts, elle perdait petit à petit ses forces.. Quand soudain Tsuyokomi débarqua in extremis par derrière et donna un coup de poing d'une force effroyable, brisant d'un coup le plastron de l'homme sombre. Celui-ci tomba au sol avec Hisako, inconsciente.

Ils n'étaient plus que deux désormais. L'homme et Tsuyokomi se tournait autour, s'observait. Tsuyokomi décida de s'élancer sur l'homme, celui riposta en lui envoyant des cailloux. Tsuyokomi les esquiva tous mais s'en pris un dans le genoux. Suite à cette attaque puissante et dévastatrice (pas du tout), Tsuyokomi fit mine de s'effondrer violement à terre. Le chevalier sombre, pensant qu'il était hors de danger, s'approcha naïvement de lui et se pris un jolie de coup pied dans son visage. Tsuyokomi s'était relevé pour lui asséner une frappe colossale au visage et ainsi le mettre hors d'état de nuire.

Il libéra le petit garçon et lui donna une baguette de pain et deux pièces de bronzes. Il alla vers Hisako et la porta. Ensuite ils allèrent se mettre à l'abris dans une petit ruelle près du port afin de passer la nuit. Ainsi la nuit passa et un doux parfum ammena la chaleur dans la froidure de la matinée. Tout deux se réveillèrent doucement et partirent en quête d'un bâteau pour les emmener tout droit vers la Grèce.

Ce fut particulièrement compliqué mais Tsuyokomi parvint à marchander avec un marrin s'en allant en Grèce pour le commerce. Ils embarquèrent et se mirent donc en route vers la destination finale du début de leur long voyage.

Les semaines s'écoulèrent une à une, lentement. Ils firent escale en Afrique pour s'approvisioner en vivres puis repartir de plus bel jusqu'à, enfin, arriver en Grèce. Tsuyokomi et Hisako saluèrent le marchand et s'en allèrent, direction la grande ville. En chemin ils eurent la joie de visiter la petite ville portuaire et de se balader. Après tout rien ne les pressait, libre à eux de vouloir arriver rapidement ou lentement aux Sanctuaires.

Ils se promenèrent de ruelles en ruelles et bizzarement, Tsuyokomi eu comme une sorte de pressentiment en
passant devant une petite rue sombre et assez mal entretenue. Il eut l'étrange impression que quelqu'un pleurait et décida de franchir la petite arche pour entrer dans la ruelle. Il avança, suivit de très près d'Hisako qui tremblait de partout. Soudainement il tourna la tête et vit une petite fille en pleure.

"- Dis moi petit, chuchota-t-il à son oreille en s'accroupissant, que se passe-t-il , pourquoi pleures-tu ?
- J-je pleure paaas d'abord ! Je sue des yeux c'est tout nah ! Et déjà t'es qui toi pourquoi t'as les yeux fermés !
- Ils sont ouverts, j'ai juste les yeux bridés je viens tout droit du Japon petite, je suis.. un vagabond. Oui c'est ça, juste un vagabond.
- Ah..
-Donc, pourquoi es-tu en larmes ?
- C-c'est ma maman elle s'est fait enlevé par des vilains bandits tout noir !!! Est-ce que t'es fort monsieur ? J'aurais besoin d'aide, je veux revoir ma maman vite, moi j'ai peur.
-D'accord, d'accord petite, vers où sont-ils allés ?
- I-ils sont allés vers la forêt derrière la ville !
-Très bien nous nous en allons, reste ici nous retrouverons ta mère et te la ramènerons ici.
- Chouette !! Merci monsieur vagabond."

Il se releva et commença à marcher vers la grande rue puis tout deux se dirigèrent vers la forêt. Hisako lui tenait la main. Une brise estivale, le parfum de l'inexpugnable beauté grecque, les rayons du soleil enveloppant l'ombre des habitations, tout ce dont nous avions besoin pour réaliser l'assiette saisonnière d'une belle journée pour arrêter les machiavéliques desseins de brigands.

Hisako et Tsuyokomi arrivèrent donc à l'orée du petit bois, une trainée de sang leur montra le chemin vers leur adversaire. Ils suivirent discrètement le sang et arrivèrent dans une clairière. Cinq brigands s'y trouvaient déjà et la jeune mère était attaché à un poteau, les habits en haillons.

"Halte là ! Maraud ! Déposez vos armes et déclinez vos identités un par un !
- HAHAHAHAHAHA C'est qui ce guignol ?
- Je ne suis pas un guignol comme toi, scélérat, je suis Tsuyokomi un vagabond et je viens sauvé cette personne ! Et oui, ça t'en bouche un coin hein , esquissa-t-il d'un sourir au coin de la lèvre.
- Euh pas du tout d'abord ! Tu racontes que des conneries vient là que je te brise les os, ça t'apprendra à venir fouiller dans nos affaires.
-Recul Hisako, il a pas l'air commode le mastodonte. Et bah vas-y approche mon petit pote !
- Tu vas le regretter ! YAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!!!!!!!!!"

Le brigand s'élança à toute vitesse, mais son manque d'expertise en combat en disait long sur l'issue de la bataille. Tsuyokomi n'eut aucun mal à esquiver son coup et a l'asommé afin de le pousser un peu plus loin.

"A qui le tour maintenant ? ça vous dérange pas si je vous prends tout les quatres en même temps ? ça irait beaucoup plus vite, vous voyez.
- C'est ça, fait le malin !
- Ouai ! Qui rira le dernier vera bien.. non qui vera bien rira le dernier.. toujours pas, raaah elle m'énerve cette phrase !
- C'est qui rira bien rira le dernier imbécile ! Maintenant à l'attaque anéantissons ce .. cette chose abominable vêtu comme un ragondin !"

Tout les quatres s'attaquèrent à Tsuyokomi de tout les côtés. Il esquiva les attaques puis se retira de la surface de combat. Il s'arrêta net, baissa sa garde et s'esclaffa de rire devant tant de nullité. Il décida donc de jouer un peu avec eux. Les quatres brigands le réattaquèrent, encore et encore sans jamais se fatigué, et Tsuyokomi esquivait en dansant pour les provoquer et attiser leur énervement. Il parvient donc à manipuler leurs émotions et à les mettre en rogne, ils étaient si énerver qu'ils se mirent à frapper dans tout les sens. Le jeune garçon n'avait plus qu'a dévier leur force vers eux pour tous les anéantir.

"Bon, bon, bon.. C'est déjà finit ? Dommage je vous aimais bien. Il s'approcha de la mère de la petit fille et la déligota.
- On dirait bien que je vous ai sauvé la vie hahaha !
- M-merci brave voyageur.."

Un bruit assourdissant se fit entendre soudainement, le temps était comme arrêté et l'atmosphère se fit lourde et touffante, un homme apparut, masqué. Son aura était terrifiante. A peine eut-il apparut il fonça sur Tsuyokomi et lui arracha un oeil puis lui coupa son bras gauche.

"AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!! Mais t'es complétement malade !!!!
- Je ne suis pas malade, mais en pleine forme, es-tu prêts à recevoir le courroux du chef des brigands imbécile heureux.
-Tant que je respire, j'espère."

Il se releva à l'aide d'Hisako, le sang coulait il ne pouvait rien faire, il était perdu à jamais. Il s'effondra par terre. La mère de la petit fille s'était déjà enfuie quant à elle, elle n'avait pas perdu une seconde pour se faire la malle. Le sang coulait à flot. Bientôt vint la perte temporaire de la vue, puis la paralysie des membres, et enfin, le coma. Hisako était paralysée par la peur mais elle ne pouvait pas abandonner maintenant, elle ne pouvait pas mourir en lâche, elle ne pouvait tout simplement pas renoncer à son humanité. Tant qu'à mourir, il vaut mieux mourir en héros et non en honte. Elle s'élança donc sur son adversaire, esquiva de justesse son coup de poing. Elle prit un coup de pied dans le ventre et valsa contre un arbre.

"Il..il faut que j'éveil mon.. cosmos... expands toi et.. transperce ton adversaire..d'une seule..frappe.
-Que marmonnes-tu ma jolie ? Tu veux mourir plus vite c'est ça hahaha ?
- En réalité, tu n'es pas fort. Tu es même faible, sais-tu quel est la signification du mot mourir ?
- Pff vermine cesse de jacasser et vient te battre !
- Puisque tu insistes tant que ça.. Expands toi à travers galaxie et nébuleuse mon cosmos et transperce d'une seule frappe l'ennemi !!"

Elle se releva puis s'élança si vite que le bandit n'eut rien vu venir. Elle apparut derrière lui.

"C'est tout ce que tu sais faire ? HAHAHAHAHA J'ai rien senti du tout tu es vraiment trop naze ! HAHAHAHAHAHA !
- Tu ne le sais pas encore, mais tu es déjà mort.
- Qu'est-ce que tu d.. argh.
- Je te l'avais dit."

Elle accoura à toute vitesse vers Tsuyokomi.

"Tsuyokomiiiiiii ! Tsuyokomiiiiiiii ! Revient à moi s'il te plaît ! Revient ! Ne meurs pas !!"

Aucune réponse, elle effectua plusieurs bandages aux blessures et décida de le ramener en ville. En chemin elle revit la mère toute épuisée.









Pouvoirs : Great Horn
            Titan Nova
Attaque signature : Eveil du Taureau - Un mode de défense où le Taureau accumule une énorme quantité de cosmos et créer un bouclier indestructible, lui permettant d'augmenter énormément sa résistance et de se protéger de toute attaque pendant 13 secondes , se délai passé, le Taureau se retrouve en état critique, au bord de la mort ou bien totalement épuisé.
Armure : Armure d'or du Taureau
Point(s) Faible(s) : Même point faible qu'Aldébaran (lors de l'utilisation de Great Horn)
                         Au bout de plusieurs utilisation de la même attaque à la suite il s'épuise et devient plus
                         lent.




Pseudo/Prénom : NaganoSenpai/ Tsuyokomi
Comment ai-je connu le serveur ? : Par pur hasard.

_________________
Même lorsque des hommes, avides de rêves et d’espoirs, se rendent sur de nouveaux territoires, ils n’y trouvent pas forcément la terre idéale. Et plus leurs attentes sont grandes, plus ils risquent d’être déçus par le fossé qui existe entre la réalité et leur visions idyllique.
Comment réagissent-ils alors ? Comment concilient-ils leurs idéaux avec la réalité ? C’est précisément là que se trouvent le charme et l’intérêt de la vie disait un érudit de la Grèce antique…


Sinon, j'aime les pamplemousses..
Revenir en haut Aller en bas
 
Tsuyokomi du Taureau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Taureau
» Quand un lion veut les oreilles d'un taureau...
» [Histoire] De la symbolique héraldique
» Seigneurie de Marcieu
» Une nouvelle BD: U-47

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Minecraft :: Officiel :: Roal Play :: Fiche des personnages :: Royaume d'Athéna :: Chevaliers d'or-
Sauter vers: